Chroniques·Science Fiction

Chronique 9 TRS : Phobos T.1 de Victor Dixen

Couverture du livre

Résumé : Six prétendantes. Six prétendants. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils veulent marquer l’histoire avec un grand H. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’oeil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Elle veut trouver l’amour avec un grand A. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour… Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Phobos est un roman de science fiction YA écrit par Victor Dixen et publié en 2015 par Collection R (filiale du groupe Robert Laffont). Il est le premier tome d’une série de 5 livres retraçant l’histoire de 12 jeunes envoyés dans l’espace pour peupler Mars.

L’idée du livre est en soit très originale : allier émission de télé-réalité et exploration spatiale, c’est une idée pour le moins inédite. Néanmoins, elle pourrait totalement exister dans notre monde un peu loufoque et avide de ce genre de programme (ne citons-pas les quelques centaines de télé-réalité dont la télévision française regorge). Ainsi, j’ai été intriguée et attirée par cette saga : nombre de mes amis bloggeurs en ont fait l’éloge, ce qui m’a un peu décidé, mais ce résumé qui a attisé ma curiosité était le bouton de lancement pour me jeter à l’eau et commencer cette saga.

La mise en place de l’intrigue n’est pas la plus rapide du monde. Le début du livre est intéressant, mais le développement prend un peu ses aises en terme de temps, notamment la partie du décollage qui est assez longue. Cependant, elle permet de mettre en place le contexte ainsi que d’ajouter, plus ou moins discrètement, certains éléments annonciateurs d’un prochain imbroglio. Pour autant, je me suis laissée happer par le livre, par des personnages attachants ou énervants comme notamment Liz (mais il vous faudra lire le livre pour en savoir plus). Le livre se veut, d’une part, inclusif avec des personnages d’ethnies différentes, des enfants sans famille, abimés par la vie ; j’aurai aimé, cependant, que ce soit moins hétéro-centré (en effet six filles vont marier six garçons), mais peut être que cet axe sera plus développé dans le prochain tome ?

Ce qui m’a beaucoup plus, c’est l’effort de recherche sur le domaine des voyages dans l’espace, et vous savez maintenant que plus un livre contient des éléments vraisemblables, plus il trouve grâce à mes yeux. En effet, on nous parle de l’eau qui est un bien très précieux dans l’espace et qui est recyclée, le fait qu’il n’y ait « ni de haut, ni de bas » dans les conditions d’apesanteur, obligeant les astronautes à attacher leur sac de couchage à leur lit. Le décollage notamment, où l’on nous parle de 3g (g = gravité terrestre, 3g correspondant à une accélération de 3 fois notre poids), est presque identique aux conditions de décollage d’une navette spatiale (environ 4g d’après l’ESA : Agence Spatiale Européenne).

On assiste également à une partie de l’histoire sur Terre, avec un contexte géo-politique dystopique (mais pas trop finalement), où l’état américain revend la NASA (un exemple de privatisation). Le livre est teinté par la présence d’un lobby capitaliste d’investisseurs privés dont la seule envie/motivation est de gagner de l’argent. Nous en connaissons beaucoup dans notre monde actuel et je n’en citerai pas ; mais, que ce soit dans un livre ou dans la réalité, cela m’horripile toujours autant.

Outre ce contexte, une partie de l’intrigue se déroule sur Terre, ce qui nous permet de comprendre un certain nombre choses qui se déroulent tout au long de l’histoire. Cependant, je suis assez déçue par le développement de certains personnages (je parle notamment d’Harmony), et j’espère qu’ils seront plus détaillés dans les prochains tomes, car ils ont, surement, une importance capitale dans la suite des événements.

Pour parler de l’écriture, cela ne choquera personne si je dis qu’elle est fluide et très agréable, c’est un roman YA qui se lit très facilement (je l’ai lu en deux soirées). Pourtant certains éléments sont maladroits, ce qui n’enlève pas au charme du bouquin. Des passages sont un peu hâtés, me laissant un goût d’inachevé. Par contre, il est vrai que la fin, frustrante à souhait, pousse le lecteur à se procurer le second tome pour alimenter son esprit de réponses à des questions qu’il se pose, multiples, lorsque il a tourné la dernière page du livre.

À lire ou pas ? C’est un très bon livre de science fiction YA, l’idée est originale comme dit plus haut et la lecture très agréable, ce qui en fait un livre que je vous conseille ! Surtout, on a envie de lire la suite.

4/5 est ma note pour ce roman.

Et vous, avez-vous lu Phobos ? Qu’en avez-vous pensé ? N’hésitez pas à laisser un commentaire pour que nous puissions en débattre.

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s