Polar

Chronique 17 TRS : L’Étoile d’Orion d’Aymeric Janier

Couverture du livre

Résumé : SPECTRE. Derrière cet acronyme se cache une organisation aussi redoutable que mystérieuse, née sur le sol américain, en réaction à « l’incident du 20 janvier 1986 ». Ses agents, recrutés dans le plus grand secret, au terme d’une sélection draconienne, lui sont inféodés corps et âme. Sous couvert d’éliminer les menaces extérieures, l’organisation, tentaculaire, nourrit en réalité un tout autre dessein. Face à ce monstre aux multiples visages va se dresser un improbable trio. Trois individus pris dans une toile mondiale et qui vont se débattre pour faire éclater la vérité, au péril de leur vie.

Je tiens à préciser que ce livre est un SP, mais vous savez que malgré cela, mon avis sera totalement honnête. Et comme il s’agit d’un avis subjectif, si vous voulez vous faire votre propre opinion de cette œuvre, libre à vous de vous la procurer.

L’Étoile d’Orion d’Aymeric Janier est un polar historique et politique publié en septembre 2019 chez les éditions Beta Publisher. Je remercie d’ailleurs vivement l’auteur pour cet envoi.

Aymeric Janier nous emmène en fin de Guerre Froide (1947-1991), conflit opposant les USA capitalistes et l’URSS communiste, deux pays s’affrontant sur les terres afghanes et pakistanaises (et bien d’autres terres encore). L’auteur nous décrit ici un tableau avec une investigation sur le contexte d’une qualité remarquable. Cette imprégnation dans l’environnement géopolitique de cette époque est d’autant plus précise qu’elle est accompagnée, au début de quelques chapitres, de vidéos visualisables grâce à un QR code (elles sont sous-titrées), rendant le livre interactif de surcroit. Je ne peux pas vous en dire long sur les informations délivrées par ces vidéos : pour cela, il faudra rejoindre l’aventure de SPECTRE. Les corps armés, ainsi que les agences gouvernementales des pays concernés sont également passés à la louche, détaillés de manière consciencieuse par l’auteur, nous permettant encore plus de nous emmener dans la réalité du livre.

SPECTRE, c’est ce qui relie nos trois personnages principaux, Alexeï Koulikov, un colonel de l’armée russe, ancien du KGB ; Phillys Danbury, la brillante journaliste du New York Times ; et Aaron Snyder, le soldat américain embarqué dans un complot multinational, bon gré mal gré. Ce sont des protagonistes auxquels on s’attache facilement, malgré leurs quelques défauts apparent (notamment l’orgueil) ; et nous les soutenons tout au long du livre, concentré d’espionnage et d’enquêtes, happés par l’adrénaline et le frisson provoqués par ce que nous savons. Car oui, ici, le lecteur est omniscient et connait les secrets des deux parties – enfin plutôt ce que l’auteur veut que l’on sache – , ce qui rend l’aventure encore plus palpitante.

L’auteur dresse ici un portrait sombre de l’humanité, où tout n’est que jeu de pouvoir, ruse et perfidie. De complot en complot, d’assassinat en assassinat, tout cela effectué de sang froid, le lecteur est malmené par son éthique et sa conscience, spectateur d’ignominies insoutenables. Cela fait assez froid dans le dos, étant donné que sont mêlés l’imaginaire et la réalité. Est-ce qu’aussi, dans notre dos de citoyens, se trament des complots faramineux où la confiance ne peut être attribuée à personne ? Ce livre, c’est une satire de l’autorité, du gouvernement et de la corruption (bon alors là, on arrive dans la partie interprétation du livre, c’est mon interprétation qui n’est pas forcément la pensée de l’auteur de base, donc soyez tolérant), dont l’auteur se moque délicatement tout au long de l’œuvre, déversant ses mots telles des petites piqures de rappel ; car tout n’est pas blanc, et tout n’est pas noir. C’est aussi une critique de la masculinité toxique, et de la vision d’une virilité erronée.

Par ailleurs, j’ai beaucoup apprécié la manière dont l’auteur parle des femmes, présentes dans son livre à des postes importants, non pas représentées comme des personnages passifs pour faire joli, mais plutôt comme des protagonistes fortes et indépendantes ; tout en n’oubliant pas de mentionner qu’elles ont été obligées d’avoir un fort caractère, pour avoir pu s’imposer et se faire une place dans ces « milieux d’hommes », ce qui rappelle sans contester ce qu’il se passe dans la société hiérarchique actuelle.

L’auteur parle également de guerre de religion, sans pour autant dresser un portrait que l’on pourrait qualifier de théophobe envers ces dernières. Les mots sont choisis avec prudence, intelligence, et respect ; ce qui témoigne d’une grande connaissance sur le sujet, chose que je trouve très agréable.

Si je devais décrire la plume de l’auteur, je dirai qu’elle est excellente, assaisonnée par un vocabulaire riche et instruit, donnant un attrait particulier à ce livre. La lecture est rapide, agrémentée de nombreux rebondissements, concourant à un effet domino inévitable, aboutissant à une fin tout simplement splendide et tombant sous le sens.

À lire ou pas ? C’est un grand oui pour moi, ce polar regroupe tout ce que je recherche dans ce type de lecture. Une grande recherche sur le sujet, une plume acérée au vocabulaire rempli, une histoire intéressante et une intrigue magnifiquement bien menée, maîtrisée du bout des doigts.

5/5 pour toutes les raisons que j’ai pu citer dans le paragraphe précédent.

Et voilà, cette chronique est dès à présent terminée ! J’espère qu’elle vous aura plu ! N’hésitez pas à me laisser votre avis en commentaire, et surtout, si vous avez déjà lu ce livre, n’hésitez pas à me donner votre opinion !

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s