Chroniques·Fantastique

Chronique 29 TRS : Azmel T.1 – La porte du Temps par Laura Wilhelm

Couverture du livre

Résumé : Imaginez-vous perdre vos deux parents en même temps ? Imaginez que vous soyez obligé de recommencer votre vie à zéro, nouvelle ville, nouveau lycée, nouvelle famille… Imaginez ensuite que vous découvriez dans un excès de colère que vous avez la faculté de déplacer les objets avec la seule force de votre pensée et que vous n’êtes pas seul à faire partie des forces supérieures. Imaginez que vous ressentiez les battements de cœur d’une personne inconnue dans votre poitrine quand vous la croisez… Comment réagiriez-vous si au premier contact physique, une douleur terrible vous plongeait dans l’inconscience ? Comment feriez-vous pour gérer un amour interdit, renforcé d’un sortilège par vos ancêtres des centaines d’années avant votre venue au monde ? Imaginez-vous que la vie que vous meniez jusqu’ici n’était qu’une illusion destinée à cacher votre vraie nature des forces du mal… Encore un peu d’espoir, il suffit d’y croire…

Azmel La Porte du Temps est le premier tome d’une saga YA de romance fantastique. Il a été écrit par Laura Wilhelm et publié chez Publilivre Editions en janvier 2017. Je remercie vivement l’auteure qui m’a confié la lecture de son ouvrage.

Disclaimer : cette chronique reflète le fond de ma pensée, et est donc assez subjective. Libre à vous de vous faire votre propre idée de la saga, que vous pouvez d’ailleurs retrouver ici, ou bien encore ici (format mobi).

Nous suivons dans ce premier tome Léna, une jeune lycéenne qui, après avoir perdu ses deux parents dans un accident de voiture, part vivre chez sa tante et ses deux cousines pour changer de vie du tout au tout. En effet, Léna n’est pas une simple humaine, mais une Élue, comme ses nouvelles logeuses, et possède des pouvoirs, notamment de télékinésie. L’idée semble assez alléchante mais, les forces supérieures décident de s’en mêler : voilà qu’elle tombe amoureuse d’Aymerick, un des trois Frères Noirs, un démon qu’il lui est impossible de toucher sous peine de subir d’atroces brûlures (ou de tomber dans les vapes, au choix). C’est le sort Azmel, scellé il y a des centaines d’années par ses ancêtres et qui serait impossible à briser.

Pour être tout à fait honnête avec vous, j’ai eu du mal à me lancer dans la lecture. On se retrouve dans un contexte de lycéens, puisqu’il s’agit d’un YA, et que l’auteure a très justement indiqué que ce livre était au départ pour sa petite sœur alors âgée de 14 ans : cet environnement semble assez logique. Mais le manque de magie dans les premiers chapitres et surtout, la prégnance des activités quotidiennes dites « normales » telles que le shopping, les cours et les blablateries sur les garçons (oui mais Jade c’est de la romance aussi) m’ont un peu rebuté. Heureusement, je ne reste pas attachée à ma première impression, et surtout, je me fais un devoir de finir chaque livre que je commence : j’ai observé une grande amélioration de la narration au fur et à mesure de ma lecture. La temporalité également est assez rapide, ce qui fait que l’on ne reste pas cent ans sur une même action et cela permet d’ajouter du dynamisme au livre. L’auteur réussit à disséminer au fur et à mesure des petites explications qui font que la cohérence est totalement respectée, et l’on comprend de mieux en mieux le contexte et le sens de l’histoire.

Il faisait froid. L’air humide et glacé de la mer vint me fouetter le visage. J’avançai tant bien que mal dans le sable, vraiment épuisée.

Léna

Qui dit romance dit histoire d’amour, et nous sommes servis : j’ai beaucoup aimé le fait que Léna et Aymeric puisse ressentir chacun les battements de cœur de l’autre, telles des âmes sœurs. Il s’agit là en quelque sorte de leur seule manière de se toucher, puisqu’Azmel les en empêche, et j’ai trouvé leur relation très touchante (sans mauvais jeu de mots). L’auteur retranscrit parfaitement l’émotion de ses personnages, ce qui fait qu’on assiste en spectateur impuissant à tout cet amour qui ne peut pas être donné, et on espère de tout cœur qu’à la fin des trois tomes, les deux amants finiront ensembles et heureux.

Bien que mon corps se fût habitué à ressentir les battements de son cœur, ses battements dans ma poitrine me procuraient toujours le même bien-être absolu.

Léna

Cette histoire, c’est aussi l’histoire de ces trois cousines, qui se retrouvent réunies sous l’effet d’un malheureux événement. Elles me font penser aux trois sœurs de Charmed, la série, et c’est d’ailleurs totalement voulu par l’auteure qui leur rend hommage tout le long du livre par des petites allusions, notamment avec le Livre des Sorts au grenier, qui ressemble tout de même énormément au Livre des Ombres. Pour revenir sur Léna, Andy et Jamie (donc les trois cousines), l’atmosphère qui émane d’elles semble encore assez enfantin (mais c’est surement du à leur jeune âge), comme lorsqu’elles sont au lycée avec leurs amis, et que se jouent des scènes de cœur, de rancœur et de jalousie. Mais elles sont aussi humaines, et souvent cette partie d’elles prend le dessus. Cela dénote avec la complexité de la situation et de l’enjeu aussi important qu’est la garde de la Porte du Temps, cet immense passage à travers la temporalité qu’il faut préserver des Forces du Mal à tout prix, et notamment des Elfes noirs. Ces derniers nous sont introduits en milieu de livre et représentent les antagonistes de nos trois cousines. J’aurai bien aimé qu’ils soient un peu plus développés, pour en apprendre davantage sur eux et sur leur histoire, qui je trouve est assez légère.

– Mais tu sais que notre amour est impossible, interdit ! Il faut oublier, tout oublier !

Rick

Ce livre a beaucoup de potentiel, et j’ai vraiment apprécié le travail imaginatif sur la légende du sort Azmel, mais également sur l’histoire d’Aurel et Patricia qui constitueraient, eux aussi amoureux impossibles. Quelques petits problèmes de syntaxes et quelques phrases maladroites ont un peu alourdi ma lecture, mais rien qui ne puisse vraiment entacher mon opinion sur ce livre. La plume de l’auteure est une plume qui se recherche, qui tente, et qui est, si l’on oublie les petits défauts mentionnés juste au dessus, agréable à lire et à suivre.

J’avais si mal que je me demandais à quel moment mon cœur allait m’emporter vers les étoiles.

Léna. NDLC : cette phrase est dinguissime !

Au final, je termine ma lecture et j’ai encore beaucoup de questions : qu’en est-il de la mort de ses parents ? Sont-ils vraiment morts dans un accident de voiture ? Cela me parait un peu gros et au vue de la situation, je trouve cela assez louche. De même, qu’en est-il de cette relation qu’elle entretient avec Franck, son « ami » ? Je n’arrive vraiment pas à le cerner, et je me demande si sous ses intentions qui paraissent nobles, il n’y a pas quelques secrets bien préservés. J’ai bien envie de savoir comment va se goupiller la suite !

À lire ou pas ? C’est une lecture jeunesse assez sympathique si on est féru de romance avec un soupçon de magie.

3,75/5, je ne peux pas encore mettre quatre, mais c’est vraiment un livre prometteur qui mérite qu’on lui donne sa chance.

Cette chronique est dès à présent terminée ! J’espère qu’elle vous aura plu ! N’hésitez pas à me dire en commentaires si vous avez déjà lu le livre, et si oui, ce que vous en avez pensé !

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s