Chroniques·Polar

Chronique 57 TRS – Le Manège des Fées de Mickaël Bénétruy

Couverture du livre

Résumé : Exploitée par un réseau mafieux durant sa sombre enfance, Léna est une jeune femme solitaire au caractère bien trempé. Employée dans une agence de détectives privés, son quotidien est bouleversé le jour où son patron est victime d’un accident et que Simon, un jeune homme originaire de Genève, sollicite son aide après la découverte de mystérieuses photographies dans la demeure de son grand-père. De la Suisse à Paris, en passant par le Vexin, Léna et Simon se retrouvent très vite embarqués dans une enquête qui va mettre à jour de terribles secrets…

Le Manège des Fées est un thriller écrit par Mickaël Bénétruy et publié en auto-édition en juin 2020. Merci beaucoup à cet auteur qui m’a fait confiance pour lire et chroniqueur son livre !

Si vous souhaitez vous faire votre propre avis de ce livre, n’hésitez pas à vous le procurer ici ou bien par là.

Il y a quelques temps que je n’ai pas lu de polar, à mon plus grand malheur. Alors quand Mickaël Bénétruy m’a proposé de lire son livre, et que le résumé donnait autant envie, j’ai sauté sur l’occasion pour me replonger dans un de mes genres favoris. Et je n’ai pas été déçue en découvrant la plume de cet auteur, qui a réussi à monter une intrigue aussi étonnante qu’innovante. Une femme forte, une enquête, des péripéties, voilà l’attrait non négligeable que nous offre cette œuvre.

On plonge dans un univers peu banal dans les polars, celui des détectives privés. Souvent décriés par les forces de police, ils représentent néanmoins un attrait avantageux pour qui veut régler ses affaires discrètement (en toute légalité bien sur). Nous retrouvons donc Léna, une jeune femme au caractère bien trempé qui travaille pour le compte d’un certain monsieur Freeman, traquant sans relâche les maris infidèles et autres viles trompeurs. Mais lorsque son patron est victime d’un accident, elle reprend le flambeau et s’associe avec le jeune Meyer, le temps d’une affaire pour le moins croustillante.

Il suffit d’un instant, une infime fraction de seconde durant laquelle elle aperçut les deux fugitifs à une bonne centaine de mètres d’elle, telle deux ombres virevoltant entre les pierres tombales.

Le récit, remarquablement bien mené, alterne entre la réalité de 2019, où Léna et Simon nous font plaisir à trifouiller des dossiers, interroger des suspects, échapper de peu à des petits tracas et à vadrouiller sur les routes sur le dos de la belle bécane de notre flamboyante héroïne ; à celle de 2011, où Héléna est exploité par un réseau mafieux de trafic d’enfant, et subit des sévices pour le moins glaçants, mais qui sont abordés adroitement malgré la dureté du sujet. Ces sauts dans le temps semblent nécessaire pour le déroulement de l’histoire, car, bien qu’ils rapportent un passage douloureux dans l’histoire de Léna, il nous aide à comprendre et à aborder le personnage plus en profondeur, pour s’y attacher encore plus.

L’enquête suit un fil conducteur très bien exploité, nous tenant en haleine du début à la fin, distillant ses indices tout au long de la lecture, et pique l’intérêt du lecteur. Ce sont de bons points pour un polar, puisqu’on a envie de connaître le fin mot de l’histoire. Et quelle histoire : une voiture ensanglantée, des disparitions de jeunes femmes, savant mélange de sensass et d’horrifiant. Le tout parsemé d’un humour calculé qui ne détonne pas dans le contexte pourtant sombre de l’affaire, et qui apporte en plus du dynamisme dans la relation de nos deux personnages !

– Que dit la Bible sur la consommation d’alcool ? {…}
– La Bible n’est pas contre, mais elle interdit l’ivresse. Par chance, j’ai une remarquable capacité de résistance à l’alcool.

Car oui, au delà de l’enquête, on assiste également à l’évolution de nos deux protagonistes, Léna et Simon. La parisienne et le suisse, qui mène de front une enquête décisive, et qui au départ pourraient nous donner envie de les voir ensemble… Mais l’auteur ne dérive pas de son sujet principal et nous amène à voir une amitié grandissante, amusante (les deux ont une répartie non négligeable) qui ne tombe pas dans les clichés.

Quelque chose qui me tient à cœur, et qui souvent satisfait ma lecture de polar, c’est que je ne m’attende pas à la fin. Ou du moins, même si j’ai quelques pistes, qu’elles soient déviées d’un coup d’un seul pour déterrer le chemin sombre caché entre les lignes. Cette fois-ci, cette attente a été comblée, et les mots de Mickaël Bénétruy m’ont conduit à un final joliment imaginé.

À lire ou pas ? J’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de Léna et Simon et de leur enquête passionnante. Je vous recommande donc la lecture de ce livre, qui par ailleurs se lit très vite (donc idéal pour les personnes qui comme moi ont peu de temps).

4,25/5 est ma note pour ce livre.

Et voilà, cette chronique est dès à présent terminée ! J’espère qu’elle vous aura plu ! Connaissiez vous ce livre ? N’hésitez pas à me laisser un petit message que nous puissions en parler en commentaires !

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s