Chroniques·Nouvelles

Chronique 68 TRS – Anthologie Uraeus par Collectif

Couverture du livre

Résumé : Égypte, 1870 : Une expédition archéologique pénètre dans un tombeau inconnu. Antoine du Perret s’empare d’une énigmatique relique aux intentions abstruses, un objet occulte, inquiétant et protéiforme : l’Uraeus. Désormais lié à son porteur, l’artéfact réclamera sans cesse de nouveaux sacrifices pour accomplir son dessein : retrouver son maître en se transmettant de génération en génération, quitte à semer chaos et affliction. Du Second Empire à l’époque contemporaine, les destins intimes croiseront la grande Histoire pour raconter l’étrange malédiction d’une lignée en proie à l’indicible. Une anthologie collaborative, dans laquelle chaque auteur, reprenant le cours du récit avec un personnage descendant du précédent, amène sa sensibilité et nous embarque dans un nouveau chapitre, une vision différente, un éclairage inédit de la damnation. 7 auteurs confirmés, 7 univers envoûtants, 7 nouvelles ébouriffantes : Une anthologie conçue et dirigée par Fabien Rey, illustrée par Thibault Peter.

Uraeus est une anthologie publiée chez les éditions Nutty Sheep en septembre 2020. Elle regroupe la contribution de sept auteurs pour sept nouvelles, à savoir « Sécrétaire d’Empire en pire » par Thierry Soûlard, « In Cauda Venenum » par Philippe Aurèle Leroux, « Le démon intérieur » par Frédéric Livyns, « Words of Chaos » par Nicolas Sick, « Ourobouros » par Céline Thomas, « Pile ou face » par Yvan Barbedette et « Cycle de vie » par Émilie Chevallier Moreux. Je tiens par ailleurs à remercier la maison d’édition qui m’a permis de découvrir ce nouveau recueil.

Disclaimer : l’avis que vous trouverez dans cette chronique n’engage que ma personne ; si vous souhaitez vous faire votre propre avis du livre, n’hésitez pas à vous le procurer, notamment par ici.

Et de quatre ! Visiblement, l’aventure Nutty Sheep ne s’arrête pas là pour moi, et je dois dire que je suis fidèle à leurs anthologies, dont la qualité ne s’affaiblit jamais. Je me suis plongée dans l’univers de l’Uraeus, l’entité Égyptienne représentée par un cobra femelle qui a pour mission de protéger le Pharaon contre ses ennemis. Ici, l’aventure commence en pleine Égypte, lorsque le jeune Antoine Du Perret, sténographe de son état, découvre la tombe d’un scribe dans laquelle se trouve l’Uraeus, volé au Pharaon. Et c’est là que les ennuis vont commencer, car l’Uraeus, quelque soit sa forme, n’est pas en reste de se venger.

Jules récupéra l’ogive, qu’il reconnut aussitôt à son aspect doré : fondu plusieurs fois, il s’agissait bien de l’uraeus qu’il avait hérité de son père. La malédiction n’avait favorisé son ascension que pour mieux précipiter sa chute…

In Cauda Venenum – Philippe Aurèle Leroux

Ne vous attendez pas à lire des nouvelles humoristiques et débordantes de bonne humeur ; ici, on aborde la cupidité, la vanité, l’égoïsme, le tout orchestré par le machiavélique Uraeus, qui, manipulant les esprits, tente d’arriver à ses fins, reliant une par une les nouvelles en un fil conducteur glaçant. En effet, ces nouvelles ne sont pas indépendantes, et retracent la vie de toute une famille – vous l’aurez compris, celle d’Antoine Du Perret et de sa descendance – et de l’utilisation qu’elle fait de l’Uraeus. Chacun des auteurs s’emparent de cette malédiction qui s’abat sur les Du Perret et y ficèle son intrigue, sans pour autant casser le récit précédent ; car les plumes se mêlent avec brio pour ne former plus qu’une seule entité tout en gardant leur part d’originalité.

Le plongeon dans l’univers est – et je l’ai déjà dit plus haut – en tout point polaire ; le fléau qui s’abat sur cette famille n’est pas moins que la conséquence du pillage de tombe d’Antoine Du Perret, l’instigateur de cette affreuse malédiction qui se transmet aussi facilement que la fabrication d’une descendance. On assiste à la déchéance de plusieurs générations ; et on admire le zèle que mettent certains à ignorer les faits. Mention spéciale à « Pile ou face » qui reste pour moi un souvenir ancré devant l’attitude bornée de monsieur Stéphane Langlois, personnification de la concupiscence. Chacun des personnages ne pense qu’à sa propre personne sans pour autant se soucier des conséquences ; et attendez vous à voir le chaos se déverser à chaque détour de page.

Mais peu lui importait. Salir une personne qu’on n’a jamais connue revient à cracher face au vent : c’est sale et vain.

Le démon intérieur – Frédéric Livyns

Notons tout de même la fabuleuse chronologie de ce livre, sans anicroche, qui se termine en une belle épanadiplose narrative (oui, j’ai bien suivi mes cours de français quand j’étais au lycée… il y a quelques temps déjà), refermant le chapitre de l’Uraeus, mais peut être pas le livre. Car mon intuition me souffle que cet Uraeus n’a pas encore fini son œuvre, et que cette épanadiplose est en fait un leurre : le fléau de la prochaine famille n’attend peut être que d’être déclenché.

Évidemment, je ne peux que louer les talents de narrateur de chacun des auteurs, d’autant plus qu’ils ont du mêler leurs écrits à d’autres, exercice difficile ; car les styles d’écriture sont comme les goûts et les couleurs, ils sont propres à chacun. Mais l’ensemble est totalement réussi et force l’admiration devant une lecture aussi fluide qu’agréable (enfin agréable, pas dans le sens où ce qui arrive est cool hein… on se comprend).

Elle pointa du doigt ma cigarette.
– Et puis, tu verras, le tabac est un excellent moyen de se sociabiliser ! Tu rejoindras un cercle d’amis qui puent de la gueule !

Pile ou face – Yvan Barbedette

À lire ou pas ? Encore une fois, Nutty Sheep ne nous déçoit pas et excelle dans la création de recueil de nouvelles de qualité. Je vous recommande donc cette lecture.

5/5 est ma note pour cette anthologie.

Et voilà, cette chronique est dès à présent terminée ! J’espère qu’elle vous aura plu et qu’elle vous donnera envie de jeter un coup d’œil au recueil (je ne vous y pousse pas mais un peu quand même aha). Connaissez-vous Nutty Sheep ? N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, ça nous donnera l’occasion d’échanger !

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s