Chroniques·Roman

Chronique 72 TRS – La Cité de l’Emprise T.1 Germe par Annette Misen

Couverture du livre

Résumé : Jacky, brillant élève, se destine à devenir médecin. Sa droiture se révèle autant une force qu’un écueil dans une société durement frappée par une crise économique sans précédent. Complaisance, la mégalopole dans laquelle il vit, sombre de plus en plus dans la corruption et l’inégalité sociale.
Tandis que les pauvres se contentent des miettes, les riches profitent d’infrastructures luxueuses largement robotisées.
Le jeune homme s’est fait un ennemi du PDG de la plus grosse entreprise de Complaisance. Celui-ci, dont la mégalomanie n’a d’égale que sa misogynie, usera de toutes les ruses et dérives pour arriver à ses fins et laisser son empreinte dans les annales de la mégalopole. Il n’a de cesse que son mouvement politico/religieux totalitaire prenne son essor.
Alors que le gouvernement impose une main de fer dans un gant de velours, l’impensable se produit. Un attentat provoque un grand nombre de victimes dont la plupart sont des ministres en poste. Afin de stabiliser la situation vécue dans la mégalopole, l’état d’urgence est ordonné.
Qu’adviendra-t-il des héros alors qu’un blocus total est imposé, séparant familles et couples et rendant quasiment impossible la pratique d’une profession ou la poursuite des études ?

La Cité de l’Emprise, le tome 1 Germe est le premier volet d’une saga dystopique d’anticipation écrite par Annette Misen et publié en décembre 2019. Je tiens à remercier l’auteure de m’avoir permis de découvrir son livre et de plonger dans son univers.

Disclaimer : alors pour une fois c’est un disclaimer un peu différent, juste pour vous prévénir que l’auteure est belge, donc il ne faut pas être étonné si le quatre-vingt dix devient nonante. Ou l’inverse. Enfin. Puis si vous voulez vous procurez le livre pour vous en faire votre propre avis, vous pouvez le trouver par là ou bien encore ici.

Je lis actuellement beaucoup de roman d’anticipation, et j’ai peur de la redondance. Mais je choisis en général mes lectures avec soin, et j’ai bien fait d’accepter celle-ci, avec un tome introductif pour une saga qui se voudra, je l’espère, encore plus intéressante dans les prochains tomes. Introductif car tout au long du livre, l’auteure met en place son univers politique, nous introduit les personnages qui se veulent pour le moins attachant, malgré les défauts très apparents de certains ; et surtout narre avec un vocabulaire riche mais aéré qui fait de cette lecture un moment très agréable.

On découvre Jacky, le réservé, le sage et l’empathique, ami avec Max, l’impétueux et impulsif jeune homme qui se met dans le pétrin assez facilement. Des deux, Jacky semble être le plus cartésien : et bien lui en faut car il veut devenir médecin. On nous introduit également Mélanie, l’étudiante en médecine fauchée par un accident grave qui lui couta une jambe ; Jocelyn Graspien, le PDG véreux qui impose sa patte dans la politique comme dans l’industrie privée, pour contrôler les puissances ; Alex, sa fille, qui s’émancipe progressivement de ce dernier pour ne garder qu’une relation professionnelle ; et Soriana Vostrana, une jolie journaliste qui fera battre bien des cœurs.

Vous pouvez vous en douter, une part de romance s’insère dans ce premier tome, mais elle n’éclipse pas du tout les messages importants que ce dernier arbore : l’économie qui prime encore sur l’humain avec des organisations en district selon la position sociale, un peu à la sauce Hunger Games ; l’importance de l’alimentation sans viande et de la souffrance animale, ainsi que la production de masse, délétère à notre planète ; l’introduction de l’intelligence artificielle dans nos vies qui, peut porter assistance ou bien préjudice ; et la présence, encore et toujours, d’hommes qui prôneront l’individualisme et tenteront tout pour arriver à leurs fins, en brisant des milliers de codes éthiques. L’expérimentation humaine est aussi au cœur de cette ouvrage et vous découvrirez au fil de votre lecture lesquels de nos protagonistes en font les frais.

Devant un résumé alléchant, je peux dire que la promesse est tenue avec une intrigue maitrisée et un sens de la description très élaboré sans pour autant se perdre dans des élucubrations sans sens. En effet, ici se pose les bases de l’histoire que nous conte Annette Misen, et il est important pour le lecteur de comprendre le contexte dans lequel il se situe. Politique, écologie, comme je l’ai dit plus haut ; mais auss l’introduction de l’IA qui est quelque chose de commun à beaucoup de roman d’anticipation. Cependant, ici le message est plutôt novateur avec une coopération entre ces IA et les humains : l’IA ne supplante pas l’homme, mais leur collaboration à un niveau presque égal semble être bénéfique. J’ai beaucoup aimé par ailleurs les « robots de compagnie » qui servent de sorte de carte de mémoire (et bien plus encore) et qui des fois nous étonnent par l’émergence d’une part d’humanité, vite remplacée par la réflexion de leurs rouages.

Je dois vous dire que j’ai été extrêmement touchée par le personnage de Jacky. Il a l’air tellement altruiste, il ne pense pas à lui mais aux autres, et sacrifierait ses études pour le bien être de sa famille et pour sauver ses parents de la misère. C’est un personnage qui a beaucoup vécu, et dont j’espère que les traumatismes du passé (je pense notamment à son meilleur ami décédé) seront un peu plus éclairés dans les prochains tomes. Je ne peux que noter l’habilité de l’auteur à nous faire aimer ses personnages, et c’est par ailleurs un des points positifs de ce livre, puisqu’on a hâte de savoir ce qui leur arrive par la suite. On peut suivre leur évolution tout le long du livre (je pense notamment à Graspien) et c’est étonnant de voir comment ils grandissent au fur et à mesure de leurs rencontres et de leurs expériences.

La fin du livre, nous laisse dans un suspens réel. Alors que l’on s’était habitué à la vie de nos protagonistes, alliant études, politique, ingénierie et expériences pour le moins louches, l’auteure casse notre rythme en les coupant de tout (c’est dans le résumé, donc ce n’est pas du spoil hihi). Et on se demande alors, qu’elle va être la finalité de ce sorte de confinement ? Quelles vont être les répercussions sur leur vie, mais aussi sur celle de tout une population ? J’en saurai plus dans le prochain tome.

À lire ou pas ? Ce premier volet est un bon roman introductif qui attise notre curiosité. On sent énormément de recherche dans l’écriture, qui est par ailleurs très jolie. On en reprendrait bien une part.

4,5/5 est ma note pour ce livre.

Et voilà, cette chronique est dès à présent terminée ! J’espère qu’elle vous aura plu ! Connaissiez vous ce roman ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire que nous puissions discuter.

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s