Chroniques·Nouvelles

Chronique 74 TRS – Kitty Kitty, le futur qui ne fut jamais par Quentin Raffoux et Aliénor Rossi

Couverture du livre

Résumé : KITTY KITTY – le futur qui ne fut jamais est un roman épisodique de space western. Empruntant à d’autres sous-genres de la science-fiction comme le space opera et le cyberpunk, KITTY KITTY possède un univers unique profondément retro. Car dans cette uchronie, les soviétiques ont planté le drapeau rouge sur la Lune dès 1949. Depuis, l’humanité repousse ses colonies aux confins du système solaire. Elle y consacre toutes ses ressources scientifiques et industrielles, si bien que ses codes culturels sont figés dans les années 1980. C’est dans cet espace sans foi ni loi que Lee, le Maine Coon de l’espace, survit avec « sa » sapiens de partenaire, Ali. À bord du mythique Kitty, ce duo de chasseurs de primes parcourt le cosmos sans pitié en enchaînant les catastrophes. Qu’attendez-vous ? Plongez dans ce futur de cyborgs et de Chryslers volantes ! Violent, sanglant mais toujours désopilant, KITTY KITTY ne vous laissera pas une seule minute de répit. Car comme on le dit souvent sur les anneaux de Saturne : Back to business ! Cette intégrale du roman épisodique de space-opera comprend l’intégralité des 24 histoires courtes.

Kitty Kitty, le futur qui ne fut jamais est un roman de space western (qui allie donc la science fiction et des éléments du western) écrit par Quentin Raffoux et Aliénor Rossi et publié (pour l’intégrale) en novembre 2020. Merci beaucoup à Quentin Raffoux qui m’a permis de me lancer dans l’aventure du Kitty !

Disclaimer : cette chronique reflète ma pensée et n’est pas forcément l’avis de tout le monde, je vous invite donc à vous procurer cette œuvre pour vous en faire votre propre avis !

En ouvrant la première page du recueil, j’embarque pour la première fois à bord de l’Hirondelle, le vaisseau spatial affectueusement surnommé le Kitty, dirigé par Lee, le Maine Coon à la langue bien pendue, et Ali, l’auxiliaire de Justice (ça sonne vachement moins agressif que chasseur de primes non ?). Les deux sont affiliés à l’Alliance, et parcourent les innombrables planètes annexées par les « sapiens », depuis que les soviétiques ont déposé leurs drapeaux sur la Lune en 1949. Coincés dans l’univers culturel des années 80 pour mon plus grand plaisir, j’ai suivi ces deux personnages originaux et leurs réussites (comme leurs déboires, les pirates et autres créations robotiques/cyborg sont pas forcément toutes gentilles) au cours de ces 24 nouvelles.

J’entendis la détente d’un élastique et vit son caleçon sale aller se nicher dans les manivelles du panneau de commande. Cette humaine était sauvage. Impossible à dresser. Je commençais à comprendre pourquoi aucun mâle ne s’attardait bien longtemps dans son champ gravitationnel.

Lee – Les Cavernes Mélodieuses

Si vous aimez l’aventure, ne doutez pas que ces nouvelles sont faites pour vous. Armés d’un humour percutant, les auteurs nous emmène avec eux dans toutes les contrées de la galaxie, pour que nous puissions découvrir à loisir les missions que nos deux protagonistes doivent remplir. Car il faut bien qu’ils puissent couvrir leurs dépenses, épicuriens qu’ils sont. Alors, ni une ni deux, le sanglant se mêle au charmant, l’alternance des nouvelles drôles et absurdes s’emmêlant à la tristesse d’une perte, de la violence et du trépas. Si vous avez l’âme un peu sensible, autant vous prévenir, le sang coule et se répand aux confins des étoiles.

Lee, notre petit Maine Coon (heureusement qu’il ne peut pas lire ces lignes, je suis sure qu’il détesterait) plutôt attachant malgré son humeur renfrognée inhérente à sa condition de félidé, est le narrateur de chacune de ces nouvelles, qui pourraient, au premier abord, être une suite d’aventure sans aucun rapport les unes avec les autres. Au contraire, les auteurs distillent au fil des pages des informations sur la vie de nos personnages, et l’on apprend alors à les connaître par leur passé. Tout ceci entrecoupé par des rencontres récurrentes, notamment avec Zéphyr, le cyborg voleur et Braun, qui sont les personnages secondaires que j’ai le plus apprécié ! De plus, le caractère d’Ali est vraiment incroyable, cette femme forte et sans peur qui laisse quelques fois paraitre le doute et l’inquiétude, pour revenir au galop à son calibre planter une balle entre deux yeux. Elle est cool quoi !

« Ce n’est qu’une banale hémorragie interne {…}. C’est là que le sang est supposé se trouver de toute façon non ?

Si évidemment, ce livre est un livre de western et d’action, il est aussi étonnement débordant d’humanité. Plutôt paradoxal, quand, la page d’avant, le tracé dégoulinant du FID arraché du doigt de la tête mise à prix est encore imprimé dans notre esprit. Mais c’est un livre extrêmement réfléchi et extrêmement qualitatif (et surtout pour un livre auto-édité, on n’en voit pas souvent des aussi aboutis !), avec quelques messages discrètement adressés aux « sapiens » par le narrateur. D’ellipse en ellipse, d’assassinats en assassinats, j’ai pris un réel plaisir à lire ces pages, racontant le chemin semé d’embuches qui s’inscrivent dans les esprits mais aussi sur la peau/pelage de nos deux protagonistes et de leurs comparses.

« L’humanité ne bâtit plus de grandes et belles choses sans en faire une galerie commerciale ».

Lee – Travesti de braquage.

Si je devais m’arrêter à l’écriture, je dois vous dire qu’elle est très intelligente, et surtout rythmée par bon nombre de dialogues qui la rendent dynamique à souhait, si bien que la lecture nous parait rapide (l’intégral fait tout de même plus de 400 pages). L’intrigue s’installe au fil des nouvelles, savamment détaillée. Et j’avoue avoir beaucoup aimé le nom de ces dernières, plutôt drôles et bourrées de référence, notamment La Chute d’Icare par rapport à un des personnages secondaires (je ne vous dis pas qui c’est car c’est du spoil, mais clin d’œil clin d’œil aux auteurs, c’est super malin comme nom de chapitre).

Et le mot de la fin : Back to business !

À lire ou pas ? Une petite perle que ce recueil de space western, qui mériterait d’être plus connu ! N’hésitez pas à vous lancer dans l’aventure Kitty !

4,5/5 est ma note pour ce livre.

Et voilà, cette chronique est dès à présent terminée. J’espère qu’elle vous aura plu ! Connaissiez-vous ce recueil ? Aviez-vous déjà lu du space western ? Pour ma part, il me semble que c’est une de mes premières fois, et je n’ai pas été déçue ! N’hésitez pas à me laisser un petit commentaire, que nous puissions discuter ensemble.

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s