Chroniques·Thriller

Chronique 91 TRS – Eschaton par Guy-Roger Duvert

Couverture du livre

Résumé : Dans un futur proche, la population est passée du statut d’insouciance à celui d’inquiétude, pour enfin vivre dans la résignation : la planète est trop endommagée, le désastre climatique est en cours, la fin de notre civilisation approche. Et pourtant, hormis un fatalisme ambiant, cela affecte peu le quotidien de chacun. Autant profiter de ce qu’on l’a tant que cela dure. Casey est un compositeur célèbre, confortablement installé dans sa villa sur les hauteurs de Hollywood. Ayant perdu ses parents, des climatologues faisant partie des derniers à s’être battus pour empêcher la catastrophe, il est comme les autres, profitant des bienfaits d’une existence certes agréable, mais qu’il sait condamnée. À sa propre surprise, il se retrouve contacté par un homme qui prétend connaître la date exacte de la fin du monde et qui lui parle d’un programme lancé pour permettre à notre civilisation d’y survivre. Un monde virtuel dans lequel seront copiées les personnalités de tous les plus grands scientifiques et artistes vivants, et duquel ils pourront sortir des siècles lus tard, lorsque la planète sera à nouveau habitable. Pour résumer : lui mourra bien le jour de l’Eschaton, du jugement dernier, mais sa copie digitale lui survivra. N’ayant rien à perdre, il accepte. Tout bascule lorsque peu après, il tombe amoureux d’Eve, une brillante journaliste. L’idée qu’une partie de lui puisse survivre sans elle devient insupportable. Le couple va alors s’élancer dans une enquête à travers les États-Unis, sur fond de fin d monde climatique, afin de localiser le site du programme et en convaincre les responsables d’intégrer Eve.

Eschaton est le cinquième roman de Guy-Roger Duvert. Il s’agit d’un thriller d’anticipation publié en auto-édition en janvier 2021. Je remercie par ailleurs l’auteur qui m’a permis de découvrir son nouveau livre.

Disclaimer : cette chronique est mon avis qui ne s’applique peut-être pas à tous les lecteurs. Alors si vous désirez vous faire votre propre interprétation de ce livre, n’hésitez pas à vous le procurer par ici.

Eschaton. La destinée finale du monde. Titre remarquablement bien choisi pour ce livre, dont le thème aborde l’annihilation du monde tel qu’on le connaît, de par les affres humaines. Un sujet qui n’est pas si inédit dans l’anticipation, mais dont Guy-Roger Duvert s’empare avec habileté pour que ses mots nous content non pas un énième jugement dernier mais bien une romance sur fond politisé et quelque peu darwiniste de l’évolution de l’espèce humaine, qui dans les carcans de la richesse et de la haute société échappera donc, surement, à l’Apocalypse de l’Eschaton.

Nous rencontrons sur notre chemin Casey, le compositeur qui offre son savoir-faire aux jeux de réalité augmentée, utilisés par la population pour échapper à l’évidence d’une Terre décimée par l’égoïsme et les catastrophes naturelles ; Eve, cette journaliste prodige, puits de connaissance et de curiosité pour la culture artistique : musique, peinture, tout ce qui revêt un fond de créativité ne la laisse pas de marbre, et il faut dire qu’elle nous en parle avec beaucoup d’entrain ; et Lucius, le très secret collaborateur de Butterfly Inc. , qui connaîtrait le jour exact de la fin du monde. C’est ce dernier qui propose à Casey d’intégrer le Framework, ce paradis qui sauvegarde l’esprit tandis que le corps lui, reste à la surface de la planète bleue, disparaît dans le fracas d’une bombe nucléaire, ou bien d’un tsunami.

Un optimiste en penserait pas que tomber dans le lait lui serait fatal. Il serait convaincu que quelqu’un finirait par venir à son secours. Mais je ne suis pas comme ça. Je suis plus comme la grenouille qui continue de nager. Tant qu’il y a de la vie, cela vaut le coup d’avancer.

Eve

Il est entendu que même si ce livre nous parle de la romance entre Casey et Eve, qui je dois dire est très bien amenée et d’une douceur presque reposante (oui, paradoxal au vue de l’atmosphère fataliste du livre), le message écologique est bien là, pas du tout caché derrière des palabres sans sens. Des villes côtières englouties par des torrents d’océan, des guerres civiles à n’en plus finir, des zones de non-droit où les gangs font régner la terreur alors que les habitants tentent désespérément de ne pas mourir de faim… Et encore une fois la ploutocratie aveugle, qui se conforte dans ses habitations luxueuses, prêts à échapper à la destinée sombre de la Terre, à bord d’un vaisseau pour Mars, dans le froid habitacle d’un bunker, ou bien dans les rouages électriques du Framework.

Un roman plus simple d’accès que la saga Outsphere, par exemple, mais dont les messages sont clairs et ne passent pas par des chemins détournés. J’ai beaucoup apprécié le côté aventure, évidemment, avec cette quête pour le salut d’Eve, que le Framework pourrait lui offrir, et aussi le côté philosophique et éthique de la chose, très bien amené lors de leur périple dans les bas-fonds d’un New York délabré, en la personne de Madame Hashimoto. Note très positive également pour le côté artistique du livre, comme la musique symphonique et l’accès au plus grand nombre de cette dernière et le tableau-inspiration de Casey dont l’interprétation m’a beaucoup touché. On s’inspire d’une œuvre pour créer, et c’est valable dans l’écriture, dans la musique, dans la peinture… J’en ai une interprétation assez poétique qui n’est peut être que propre à ma personne, mais cette dernière me satisfait.

– Vous allez leur dire ? {…}
– Nan. L’ignorance peut être source de bonheur. Une partie de moi aurait désiré ne pas savoir, d’ailleurs.

Échange entre Casey et Lawson

Le livre est court mais les mots s’assemblent avec cohérence et dynamisme, sur un sujet qui me plaît et que je lis presque tous les mois (on est fan d’anticipation ou pas hein). Il s’agit d’un one shot mais peut-être qu’une suite ne lui serait pas délétère, car la survie du Framework me donne envie de découvrir les tréfonds de cette création, et mon côté interprétatif (si quelque chose est écrit dans un livre, ce n’est jamais pour rien, il y a toujours une implication avec quelque chose d’autre) voudrait comprendre sa vraie finalité. Quelques questions qui demandent des réponses, mais je dois vous dire que j’ai réellement aimé ce roman et sa justesse, happée par la beauté de l’amour et de l’union d’Eve et Casey dans un fatalisme éreintant mais qui n’arrivera pas à éteindre leur flamme.

À lire ou pas ? Un thriller d’anticipation qui ne doit pas rougir face à ses petits compères comme Outsphere, qui se lit tout seul à l’abri dans un cocon où j’espère, j’échapperai moi aussi à l’Eschaton.

4,5/5 est ma note pour ce livre.

Et voilà, cette chronique est dès à présent terminée ! J’espère qu’elle vous aura plu ! Connaissez-vous Guy-Roger Duvert ? Avez-vous déjà lu un de ses livres ? N’hésitez pas à laisser un petit commentaire que nous puissions en discuter 🙂

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s