Non classé

Chronique 96 TRS : Farenheim T.1 Les Gardiens du Phare par Alex Zule

Couverture du livre

Résumé : Dans un monde sans soleil ni lune, seuls les phares illuminent les cinq royaumes de la Sunveria. Saga Leign est sur le point de devenir un veilleur, un guerrier d’exception qui voue sa vie à la protection de la lumière des étoiles. Mais lorsque le phare de Venrim est détruit dans une violente explosion, le jeune homme et ses compagnons survivants se retrouvent plongés dans un sombre complot qui menace la Sunveria toute entière et l’existence de la Lumière elle-même.

Les Gardiens du Phare est le premier tome de la saga Farenheim, une dark fantasy écrite par Alex Zune et publiée en auto-édition en août 2020.

Disclaimer : j’essaie d’être inédite pour le 96ème disclaimer, mais les idées me manquent. Je préfère vous dire, donc, que vous pouvez vous procurer ce livre par ici si vous souhaitez vous faire votre propre avis 🙂

Pour tout vous dire, je lis assez peu de Dark Fantasy. Souvent parce que j’aime me réfugier dans la littérature blanche et le pays des fées (je sais c’est réducteur blablabla), ou simplement parce que je n’en ai pas l’occasion. Cette occasion, Alex Zune me l’a donnée en me proposant d’entamer la lecture du premier tome de sa saga, Farenheim, au résumé plus que prometteur. Complot, magie, destruction, un combo qui ne devrait pas laisser indifférent le lecteur passant. Et c’est donc avec entrain que je me lance et que je découvre l’univers créé par l’auteur, cinq royaumes guidées par la lumière des Phares comme les bateaux perdus sur les côtes océanes. Mais que se passerait-il si cette Lumière salvatrice s’éteignait sans crier gare ?

« À quoi servez-vous dans ce cas ?! Protéger la lumière, c’est protéger les vivants ! Quel est l’intérêt de porter le titre de farenheim si vous n’êtes pas capable de veiller sur ceux qui sont nés sous les étoiles ?! »

Saga Leign – un petit peu énervé

Pour le découvrir, il faudra suivre Saga Leign, un jeune Farenheim. Tout juste débauché à l’âge de 13 ans, il deviendra alors un des gardiens d’une fabuleuse étoile (je ne te dis pas laquelle, ce n’est pas le but, puis ça se trouve y’a pas que ça wink wink j’arrête de spoil) et sera entrainé par les autres veilleurs, au nombre de 12, dont un certain Iridien, personnage que j’ai particulièrement apprécié pour sa verve et pour son intelligence. Un début de fantasy donc, avec le temps de l’initiation et de l’apprentissage pour ce jeune garçon qui découvrira à ses dépends la violence du monde extérieur et l’avarice des peuples, attirés par le pouvoir des étoiles. Si je pouvais par ailleurs faire une remarque à ce sujet, j’ai trouvé que le passage qui décrit l’initiation du jeune veilleur est assez rapide (pour moi évidemment, tout est subjectif), et j’aurais peut-être aimé qu’il dure un peu plus longtemps pour vraiment comprendre les rôles des Farenheim et en apprendre un peu plus sur Saga, dans le but de m’attacher une chouille plus au personnage. Je me suis sentie assez étrangère à leur périple et c’est dommage car j’aime être totalement « intégrée » (c’est assez dur à expliquer aha), mais je pense que c’est l’évolution rapide de notre protagoniste (il y a quand même une ellipse de 5 ans) qui a fait que je n’ai pas réussi à cerner totalement son caractère.

Ce tome 1, introductif d’une toute nouvelle saga fantasy, aurait pu faire preuve d’atermoiements descriptifs comme bon nombre de recueil qui se tentent à l’expérience ; mais Alex Zune possède une plume poétique qui rend la narration de son univers plaisante. J’ai beaucoup aimé l’atmosphère générale de la Sunveria, et en particulier la cité-arbre de Myrynandyn où j’ai eu le loisir de m’imaginer flotter entre les branches d’arbre, doux moments de communion au milieu des orgies et des conspirations (oui). Il ne faut pas oublier qu’avant tout c’est une Dark Fantasy et que certaines scènes peuvent te retourner les tripasses mais c’est relativement « soft » ce qui fait que c’est une lecture qui reste quand même très accessible. Les fragments de météorites, les réflexions sur l’orientation de la Lumière, la beauté des pouvoirs des Farenheim, sont également des éléments que j’ai trouvé fascinants d’inventivité.

« Trouve ton étoile, et sa force sera tienne. »

Galielle – elle est grave badass je trouve

J’ai parlé de la plume poétique de l’auteur, je pourrais rajouter que le dynamisme et la cohérence de son récit sont de fait un plus dans cette lecture. Rapide, elle enchaîne actions sanglantes et scènes réflectives où l’on comprend peu à peu les implications des uns et des autres ; et on s’attarde sur des éléments qu’on nous avait fourni au début et qui nous paraissaient sans grande importance. Mais Alex Zune manie son stylo (ou clavier, je ne sais pas sur quoi vous écrivez monsieur) avec une main de maître, donnant à ce texte auto-édité une qualité que ne doit pas pâlir devant des maisons d’édition (d’ailleurs certaines devraient prendre exemple sur l’orthographe parfait).

À lire ou pas ? Un premier tome prometteur sur une thématique astrale inédite que j’ai bien aimé, et que je conseille aux amateurs de fantasy.

4/5 est ma note pour ce livre.

Et voilà, cette chronique est dès à présent terminée, j’espère qu’elle vous aura plu ! Avez-vous déjà lu Axel Zune ? Quels sont vos must-have de dark fantasy ? N’hésitez pas à me laisser un commentaire que nous puissions discuter 🙂

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s