Chroniques·Thriller

Chronique 120 TRS – Nécrophonie par Thierry Dufrenne

Couverture du livre

Résumé : Quel est le lien entre le cadavre d’une infirmière jeté au bas de l’escalier menant au service des Urgences, des membres humains tranchés et des corps décapités, entassés dans un ancien laboratoire désaffecté ? Les lieutenants Silaine et Legarde vont être chargés de l’enquête. De la morgue du CHU de Semier au guichet d’accueil des patients, ils vont inverser les rouages de la mécanique hospitalière, remontant la piste d’un assassin dont ils ne comprennent pas le mobile.
« Nous ne pouvons pas prendre la place d’un mot. Est-ce cela qui a poussé de grands inventeurs comme Edison à vouloir communiquer avec eux ? Les funérailles sont créatrices. Nous ne masquons pas les morts pour nous soustraire à leur pourrissement, mais pour nous reconstruire et en édifier une nouvelle image. Les fraîches paroles d’un défunt pourraient être la matière première de cette charpente. La nécrophonie sera l’antidote aux affres du deuil ».

Nécrophonie est un thriller écrit par Thierry Dufrenne et publié en octobre 2021 chez les Éditions Ex AEquo dans la Collection Rouge. Je tiens à remercier Ex AEquo qui n’en finit plus de me faire confiance avec les œuvres de ses auteur.ices.

Disclaimer : y’en a pas. Au bout de la 120ème fois je me dis que vous avez bien compris que cet avis est personnel (même si j’essaie d’y mettre de l’objectivité), et que si vous souhaitez découvrir le livre, il est disponible sur l’internet (tmtc).

Qu’entends-je ? Du thriller au CHU (pour Centre Hospitalier Universitaire) ? Vous commencez un peu à me connaître à force de me voir raconter ma petite vie sur Instagram (@thereadingsession), mais le thriller, c’est oui, en milieu hospitalier, encore plus. Pourquoi sortir de ce cadre qui alimente toutes les heures de ma vie alors que je peux en plus y ancrer l’imaginaire glaçant de Thierry Dufrenne et son nécrophone ? Le projet de Thomas Edison qui voulait faire parler les morts en les enregistrant est repris par un pseudo-scientifique fou (timbré), tandis qu’à l’hôpital, le docteur Laroche et son équipe de médecine légale sont suspectés de meurtre. Bonne ambiance.

– Demander aux soignants de se conformer aux normes, faisait partie de son métier. Non ?
– Les normes sont là pour rassurer les cons !

Le récit alterne entre le point de vue de la nouvelle victime du nécrophoniste, et de toute l’enquête qui tourne autour de la mort d’une cadre de santé du CHU de Semier. Vous y trouverez : cadavres tranchés de manière étrange, dents arrachées, pneus crevés et crane calciné, le tout agrémenté d’une intrigue bien ficelée qui nous tient en haleine du début à la fin. Cette alternance de point de vue rajoute du piquant puisqu’on ne sait pas qui est le nécrophone, ni ce qu’il va faire de son otage ; et qui est cet otage ? Il faut dire que Thierry Dufrenne maîtrise son récit d’une manière terrifiante, et offre à ses personnages une identité si plausible qu’elle en fait froid dans le dos (genre le tueur descendant de scientifiques nazis, je vois tout à fait le genre).

L’enquête policière fait découvrir au lecteur le milieu hospitalier (bon moi je connaissais, mais pour les moldus c’est bien décrit), et surtout ses méandres administratives de codes et de logiciels informatiques facilement détournables (oopsie ma session laissée ouverte quand je visite un patient). Le duo de policiers Silaine et Legarde est frais et m’a fait beaucoup rire. Mais l’auteur s’est appliqué à bien nous présenter tous ses protagonistes, si bien qu’il arrive d’en détester certains plus que d’autres : Théo Frigne, l’insupportable interne (je ne sais même plus quelle spécialité tellement il m’a agacé), petit ami Lucille Samares (fière interne de médecine légale) était totalement exécrable.

La démarche pesante s’arrête, je distingue un grognement qui ressemble à un juron. La tonalité est plutôt masculine. Après un cliquetis, la lumière s’éteint. Le silence se rallie aux ténèbres. Terrifiant binôme.

Thierry Dufrenne est sans conteste un narrateur hors pair qui sait faire monter la pression jusqu’au bout. Si j’ai regretté quelques petites lenteurs en milieu de parcours (totalement subjectif au demeurant), la finalité du roman est très intelligente et montre le travail fourni par son auteur. Chaque petit détail a son importance, si bien qu’au fur et à mesure, chaque petit nœud d’intrigue se délie pour nous offrir un dénouement efficace. Un thriller de qualité à n’en pas douter !

À lire ou pas ? J’ai passé un très bon moment de lecture et d’enquête, et je n’avais pas deviné la fin (je me suis sentie, quand on a toutes les clés c’est très logique aha) ! Un thriller à lire sans modération.

4,25/5 est ma note pour ce livre.

Et voilà, cette chronique est dès à présent terminée j’espère qu’elle vous aura plu ! Connaissiez vous Thierry Dufrenne et ses thrillers ? Quelles sont vos dernières découvertes dans le genre ? N’hésitez pas à laisser un commentaire que nous en discutions !

Bouquinement vôtre, Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s